Santé

Zoom sur les ambulanciers

Du transport d’urgence à l’accompagnement de malades devant consulter un médecin à l’hôpital en passant par le rapatriement de vacanciers victimes d’un accident, les sociétés d’ambulance proposent des services variés. Tour d’horizon.

Possédant nécessairement un diplôme d’état, qu’il exerce dans une structure artisanale ou une société comptant des dizaines d’employés et donc de véhicules, un ambulancier doit certes savoir conduire en toute sécurité, mais la variété des missions à accomplir l’amène à posséder d’autres compétences rappelle Ambulance La Corniche à Marseille.

Transports d’urgence

Dans certaines zones géographiques (notamment à la campagne) ou quand il s’agit de renforcer les services du SAMU, du SMUR ou des sapeurs-pompiers lors d’une catastrophe ou le week-end, les ambulanciers peuvent être amenés à intervenir en urgence.

Il leur faut alors intervenir sur les lieux de l’événement ou au domicile de la personne victime d’un accident de santé (crise cardiaque par exemple), la prendre en charge selon un protocole précis puis la transporter aux urgences hospitalières les plus proches.

Rendez-vous médicaux

Au quotidien, les services à accomplir se révèlent moins dramatiques mais cependant exigeants. Il s’agit notamment de permettre à des malades ou personnes non autonomes (en fonction de leur âge, par exemple) de se rendre à un rendez-vous médical dans un hôpital. Généralement, un médecin a prescrit le recours à un transport en ambulance. L’ambulancier doit alors prendre en charge la personne à son domicile, qu’elle puisse rester assise ou doive être couchée durant le trajet, mais également l’accompagner une fois parvenue au sein de l’établissement. C’est également l’ambulancier qui peut être amené à s’occuper des questions administratives (présentation de l’ordonnance, du formulaire médical de prescription, feuille de sécurité sociale).

Formé à dessein, l’ambulancier peut manier un brancard, et veille à l’hygiène de son véhicule (lequel doit répondre à des normes parfaites d’asepsie, et donc d’absence de germes). A l’aller comme au retour, il s’enquiert et s’assure de la santé et du confort du patient et le cas échéant.

Un protocole similaire est adopté à la sortie d’une hospitalisation quand une ambulance est requise. L’employé est alors à même d’assurer le transport mais également la bonne réinstallation de la personne dans son logement et son environnement. Il veille par ailleurs au suivi administratif si nécessaire.

Services annexes

Les ambulanciers possèdent par ailleurs les compétences requises pour transporter les personnes handicapées (en fauteuil) ou désorientées, et les véhicules sont choisis en fonction de l’état de santé. Selon les cas, il s’agit d’une ambulance parfaitement médicalisée ou plus simplement d’un VSL (véhicule sanitaire léger) : ce n’est pas un simple taxi car la voiture est désinfectée et l’ambulancier a toujours à disposition le matériel nécessaire pour effectuer des gestes de secourisme si nécessaire.

Soumis aux règles de discrétion en vigueur pour toutes les questions médicales, l’ambulancier peut enfin, si sa société est mandatée à cette fin par des assurances spécialisées ou sur demande d’un particulier, procéder à des rapatriements sanitaires. C’est le cas quand un vacancier est victime d’un accident ou d’un problème de santé et doit être accompagné dans un cadre sécurisé et médicalisé pour regagner son domicile, même s’il est éloigné.

Cliquez pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  haut