Santé

Dentiste et assurance maladie en 2018

C’était l’une des promesses du candidat Macron : faire retourner les Français chez le dentiste, avec un reste à charge zéro sur les prothèses dentaires. Pour lutter contre la tendance à l’abandon des soins, l’Assurance maladie et deux syndicats de dentistes sont arrivés à un accord. Il devrait déboucher très prochainement sur la signature d’une convention instaurant de grands changements dans la tarification des soins.

Les soins dentaires devenus trop chers en France ? Oui, quand il s’agit de soins lourds tels qu’une pose de prothèse, puisqu’ils incitent 55% des Français à éviter le fauteuil du dentiste. Face à ce constat, les centres dentaires, comme le centre ADN, dentiste à la Défense, ne peuvent que se réjouir des nouvelles mesures annoncées. Il était temps en effet de rendre plus accessible l’accès aux soins dentaires les plus coûteux.

Globalement, la convention prévoit de mieux rémunérer votre dentiste sur les soins de base
(caries, détartrage…) pour permettre en contrepartie le plafonnement des tarifs relatifs à la plus grande partie des actes prothétiques Trois niveaux de prise en charge équivalents à trois paniers de soins seraient prévus.

Le premier, celui du reste à charge zéro, implique que l’intégralité des frais fera l’objet d’une prise en charge conjointe de l’Assurance maladie et de la complémentaires santé. Il devrait concerner tous les soins de base et les prothèses considérées comme standard, qui seront plafonnées à 500 €. Le cabinet ADN s’en félicite, car selon lui, ces prothèses répondent aux attentes des patients, en portant sur les «dents du sourire».

Le second panier à tarifs plafonnés porte sur les prothèses de qualité supérieure, avec des prix plafonnés à 550 €.

Le troisième panier va concerner tous les autres soins dont les honoraires restent libres pour votre dentiste, comme la pose d’un implant dentaire, l’orthodontie pour redresser les dents, et les prothèses haut de gamme.

Ce qui va changer concrètement pour les patients

D’ici 2020, ces nouveaux tarifs devraient progressivement rentrer en vigueur.

Qu’est-ce que cela va changer concrètement pour le patient ?
Prenons un exemple simple. En vous rendant chez un dentiste de La Défense, vous déboursez actuellement environ 195 € pour une couronne céramo-métallique à 550€ sur les incisives. Au 1er janvier 2020, ce reste à charge disparaît puisque les remboursements de
l’Assurance maladie et de votre mutuelle devraient couvrir tous les frais.
Pour une molaire par contre, si la couronne métallique revient à zéro euro grâce au dispositif, il faudra y aller de ses deniers pour une couronne en céramique blanche.
ADN, dentiste à la défense vous conseille dans ce cas, de penser à une couronne en céramique full zircon pour un reste à charge de 40 euros.

À noter : la pose d’un implant dentaire n’est pas concernée par cette nouvelle tarification, et ce, même si la pose de cet implant dentaire fait suite à une extraction provoquée par un abandon de soins.

Pour éviter la pose de prothèse tant qu’il en est encore temps, la convention prévoit aussi de mettre l’accent sur la prévention et l’hygiène dentaire. L’examen bucco-dentaire gratuit pour les jeunes s’élargit avec des rendez-vous préventifs étendus jusqu’à 24 ans. Plus d’excuse donc pour ne pas aller voir son dentiste ! Bon point de cette convention : le vernis fluoré sera remboursé pour bétonner les petites quenottes des 6-9 ans contre les caries.

Le gros point noir au tableau reste la question de l’augmentation des cotisations à une complémentaire santé. L’effort auquel les mutuelles vont devoir consentir fait fortement redouter le risque. Car c’est la somme rondelette de 800 millions d’euros que l’Assurance maladie et les mutuelles vont devoir mettre sur la table pour financer cette réforme d’ici 5 ans. Les Français qui ne bénéficient d’aucune mutuelle, risquent quant à eux, de voir d’un mauvais œil l’augmentation de leurs soins dentaires de base.

Cliquez pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  haut