Maladie

Apprendre à détecter le plus tôt la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une pathologie neurodégénérative (c’est-à-dire entrainant une perte progressive et irréversible des neurones) qui affecte les fonctions mentales de la personne atteinte, et notamment sa mémoire. Si sa première description par le médecin allemand Alois Alzheimer remonte au début du XXème siècle, la médecine actuelle n’a pas résolu le mystère de sa guérison.

Cependant la prise en charge des patients s’est considérablement améliorée au cours des dernières décennies, c’est pourquoi il est important de reconnaître le plus tôt possible les signes de la maladie. D’autant plus que la maladie ne se déclare pas soudainement chez le patient : elle est l’aboutissement d’un processus lent qui touche progressivement les capacités mentales et les premiers signes peuvent passer inaperçus. Dans sa forme sporadique la plus répandue, la maladie d’Alzheimer touche exclusivement les personnes âgées et son risque augmente fortement avec l’âge. Les personnes atteintes de la maladie peuvent dans certains cas continuer à vivre chez elles, mais la plupart nécessite une prise en charge médicale au sein d’une maison de retraite. Les signes précurseurs peuvent se manifester jusqu’à une dizaine d’année avant le stade avancé de la maladie.

Ces différents signes ou symptômes peuvent être regroupées en trois catégories : les habitudes de vie, les fonctions intellectuelles et la personnalité.

Une modification des habitudes de vie

La perte de la mémoire subséquente à l’apparition précoce de la maladie entraine une modification des habitudes de vue, que les proches peuvent déceler, afin de comprendre et prendre la personne en charge le mieux possible.

La personne atteinte de la maladie ne va pas pouvoir effectuer certaines tâches de la vie quotidienne qu’elle avait l’habitude de faire auparavant, ou ne va plus les faire avec autant d’efficacité. Les tâches en question peuvent être la rédaction d’une lettre, la présence à un évènement ou encore le fait d’entretenir une conversation fluide avec ses proches. Par exemple, compter son argent de poche pour payer un achat ou s’habiller selon la météo ne vont plus se faire de soi et nécessiteront un effort certain de concentration. Il est parfois révélateur de surveiller la capacité de la personne à se faire à manger : une simplification extrême des plats peut signaler une difficulté à réaliser les recettes nécessitant le plus de dextérité et de concentration.

Une altération progressive des fonctions intellectuelles

La maladie d’Alzheimer se caractérise principalement par la perte de la mémoire. Aussi à un stade précoce, cela se fait sentir surtout à travers le langage : la personne oublie souvent des mots, les confonds, en invente et ne parvient pas à tenir facilement une conversation.

Par ailleurs, la réduction des fonctions intellectuelles se traduit par une importante désorientation dans le temps et dans l’espace. La personne en question ne sait plus dans quel jour/mois/année elle se trouve, ni comment retrouver son chemin sur des trajets pourtant sensés être connus par elle.

De manière générale, c’est le jugement et le raisonnement abstrait qui deviennent difficile à mettre en œuvre. Les concepts abstraits ne font plus tout autant sens.

Un changement de la personnalité

La dernière catégories des signes précoces potentiellement annonciateurs de la maladie est liée à la personnalité et à l’humeur. La personne présente des sautes humeur peu compréhensible par son entourage, et qui ne semble pas avoir de raison significative.

Les proches de la personne peuvent observer des comportements qui, sans être anormaux dans l’absolu, ne ressemble pas à qui elle est. Il est crucial à ce moment de ne pas se désolidariser de la personne, afin qu’elle se sente toujours rassurée et entourée.

La personne manque d’initiative et est marquée par une profonde passivité. Elle ne veut plus prendre les décisions et a tendance à éviter les questions difficiles.

Pour conclure, précisons que la conjoncture des différents signes présentés ci-dessus est à surveiller et serait un indicateur fort de l’apparition de la maladie. Toutefois il est important de savoir que le processus normal de vieillissement entraine naturellement chez les personnes, et ce de manière inégalitaire suivant les cas, une altération des fonctions intellectuelles. Aussi il s’agit de ne pas de s’alarmer si on oublie un rendez-vous ou si on ne sait plus où a été rangé son téléphone portable !

N’hésiter pas à consulter un médecin ou spécialiste afin de vous rassurer, ou de vous préparer au mieux en suivant les conseils donnés.

Cliquez pour laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  haut